Le défi

Dès le début, la coopération au développement a été confrontée à des points de vue sceptiques sur sa valeur et son efficacité. Avec la nouvelle orientation vers les impacts, la coopération au développement s'est fixée pour objectif de devenir plus efficace et plus transparente. Outre la responsabilité, l'objectif poursuivi par l'orientation vers l'impact est d'apprendre des résultats des interventions de développement, c'est-à-dire de formuler les meilleures pratiques lorsque cela est possible ou de corriger les erreurs lorsque c'est nécessaire.

L'Agenda 2030 pour le développement durable, adopté par les Nations Unies en 2015, place les processus de suivi et d'examen au cœur des efforts mondiaux et nationaux pour atteindre les 17 objectifs de développement durable (ODD).

Toutefois, avec une coopération au développement axée sur les ODD, les impacts escomptés sont de plus en plus recherchés au niveau de la population, c'est-à-dire au niveau micro. Les interventions se situant principalement au niveau macro et les impacts au niveau micro, l'écart d'attribution entre certaines interventions et les impacts s'élargit encore davantage.

Par conséquent, l'application de systèmes robustes de suivi et d'évaluation gagne de plus en plus d'importance dans la coopération au développement, afin de déterminer quelles interventions ont quels impacts et - plus important encore - pourquoi.